Où en Suisse les naturalisations sont-elles les plus fréquentes ?

MMI 7

Si vous rencontrez des problèmes avec l’affichage de l’indicateur, cliquez ici pour le voir dans un nouvel onglet de votre navigateur.

En Suisse, le taux de naturalisation en 2014 est en moyenne de 1,75 % : cela signifie que pour 100 personnes étrangères résidant de manière permanente en Suisse, un peu moins de deux personnes sont naturalisées au cours de l’année. En 2014, près de 33’000 personnes ont été naturalisées dans toute la Suisse.

Les données communales et cantonales sur la naturalisation traduisent la diversité des pratiques en matière de naturalisation : en 2014, les taux de naturalisation (ordinaire et facilitée) varient entre légèrement plus de 1 % à Glaris et 2,3 % à Neuchâtel.

À l’échelle des communes, celles de Zurich, Genève, Bâle et Lausanne ont enregistré au cours des 17 dernières années le plus grand nombre de naturalisations ordinaires et facilitées (ensemble, 110’000 naturalisations ont été effectuées dans ces villes).

Cependant, les taux de naturalisation les plus élevés s’observent dans des communes de taille moyenne. Ainsi, pour la naturalisation ordinaire, et parmi les communes comptant au moins 1’000 personnes de nationalité étrangère, Dietikon (ZH) – 3,3 % –, Burgdorf (BE) et Oberengstringen (ZH) – toutes les deux 3,2 % – dénombrent les taux annuels moyens les plus élevés. Les communes argoviennes de Menziken et de Reinach, ainsi que Zermatt (VS), naturalisent dix fois moins (taux inférieur à 0,5 %). Seules les naturalisations ordinaires sont retenues pour traduire les spécificités communales, les naturalisations facilitées étant essentiellement du domaine de la Confédération.

Quelle proportion de migrant·e·s est naturalisée au fil du temps ?

En savoir plus sur les différentes législations fédérales et cantonales en matière de naturalisation

Définitions

Population résidente permanente : population suisse et étrangère avec un permis de séjour d’une durée de plus de 12 mois. Depuis 2011, la population résidente permanente inclut également la population étrangère avec un permis F ou N présente depuis 12 mois ou plus en Suisse.

Naturalisation ordinaire : Elle concerne toutes les personnes étrangères qui remplissent les conditions fixées par les autorités fédérales, mais également les conditions cantonales et communales, qui peuvent varier fortement. La demande doit être déposée auprès des autorités cantonales ou communales.

Naturalisation facilitée : Peuvent bénéficier de la naturalisation facilitée – sous certaines conditions légales – en particulier les partenaires de ressortissant×e×s suisses ainsi que les enfants d’un parent suisse qui ne possèdent pas encore la nationalité suisse. Elle est de la compétence des autorités fédérales.

Source : Office fédéral de la statistique, Registre central des étrangers (1998–2007), registre SYMIC (2008–2010), statistique STATPOP (2010–2014)

Note méthodologique : Les taux de naturalisation sont obtenus en divisant le nombre de naturalisations ordinaires ou facilitées par la population résidente permanente de nationalité étrangère présente en début d’année. Jusqu’en 2010, la population résidente prise en compte était composée des personnes au bénéficie d’un permis B ou C, ainsi que celles au bénéfice d’un permis L de 12 mois ou plus. Il faut noter que la définition de la population résidente permanente a changé depuis 2010, date où la statistique démographique a inclus les personnes dans la procédure d’asile présente depuis 12 mois ou plus en Suisse. Cette modification n’a pas d’impact significatif sur les taux.

Si vous souhaitez accéder aux fichiers de données complètes (excel), veuillez adresser vos demandes à info@nccr-onthemove.ch.