Où les personnes nouvellement arrivées s’installent-elles ?

MMI 6

Si vous rencontrez des problèmes avec l’affichage de l’indicateur, cliquez ici pour le voir dans un nouvel onglet de votre navigateur.

Les migrant·e·s qui entrent en Suisse ne s’installent pas en nombre égal dans tous les cantons ou communes. Pour l’ensemble de la Suisse, on a observé un taux d’immigration de 19 arrivant·e·s pour 1’000 habitant·e·s en 2014.

En 2014, les cantons les plus attractifs étaient Genève et Bâle-Ville (47 entrées, respectivement 31, pour 1’000 habitant·e·s). Appenzell Rhodes Intérieur, Schwyz et Glaris ont attiré le moins de personnes, avec un taux de moins de 10 arrivées pour 1’000 habitant·e·s.

À l’échelle des communes suisses, les plus attractives en 2014 étaient celles de Leysin (VD) et de Randogne (VS), qui comptaient 187, respectivement 175 entrées pour 1’000 habitant·e·s. Port-Valais (VS) et Sorengo (TI) comptaient également plus de 100 entrées pour 1’000 habitant·e·s. Ces communes ont toutes pour particularité d’abriter une école ou université privée, ce qui explique ces taux élevés. Genève est la première grande ville dans ce classement, avec un taux de 66 entrées pour 1’000 habitant·e·s. Parmi les communes de taille moyenne ou grande (au moins 2’000 habitant·e·s), le taux d’immigration est le plus faible à Knutwil (LU, 1,9 pour 1’000), Eggersriet (SG, 2,2 pour 1’000) et St. Niklaus (VS, 2,2 pour 1’000). Au sein des villes comptant une population permanente de plus de 10’000 personnes, ce taux est le plus faible à Münsingen (BE, 4 pour 1’000).

La nationalité d’origine des personnes migrantes peut jouer un rôle dans leur décision de s’installer dans une région ou une autre de Suisse. Logiquement, les Français·s ont plutôt tendance à s’installer en Suisse romande et les Allemand·s dans les cantons alémaniques. En revanche, les migrant·e·s d’Italie, du Portugal ou encore d’Espagne, par exemple, s’installent indistinctement dans les différentes régions suisses.

Définition

Population résidente permanente : population suisse et étrangère avec un permis de séjour d’une durée de plus de 12 mois. Depuis 2011, la population résidente permanente inclut également la population étrangère avec un permis F ou N présente depuis 12 mois ou plus en Suisse.

Source : Office fédéral de la statistique, statistique STATPOP (2010–2014)

Note méthodologique : Les taux d’arrivée sont calculés en divisant le nombre de personnes de nationalité étrangère immigrant en Suisse au bénéfice d’un permis de séjour d’une année ou plus par la population résidente permanente moyenne de la commune ou du canton. La population moyenne est obtenue par la moyenne de la population en début et en fin de période. Les taux sont exprimés en pour 1’000.

Si vous souhaitez accéder aux fichiers de données complètes (excel), veuillez adresser vos demandes à info@nccr-onthemove.ch.