Quel est le niveau de formation des personnes migrantes ?

MMI 4

Si vous rencontrez des problèmes avec l’affichage de l’indicateur, cliquez ici pour le voir dans un nouvel onglet de votre navigateur.

Quelle que soit leur origine, la proportion de migrant·e·s hautement qualifié·e·s parmi les personnes nouvellement arrivées a augmenté depuis la fin du 20ème siècle. Aujourd’hui, plus de la moitié des personnes en âge actif arrivant de l’étranger est hautement qualifiée, une proportion particulièrement élevée parmi les migrant·s des pays anglo-saxons.

Au-delà des différences marquées entre les continents, il existe également d’importantes disparités entre les pays d’un même continent. En Europe, par exemple, la proportion de personnes avec un niveau d’éducation tertiaire dépasse 80 % parmi les migrant·s britanniques arrivé·s en Suisse après 2010. Elle est de l’ordre de 50 % parmi les Italien·ne·s et les Espagnol·s mais n’atteint pas 20 % parmi les Portugais·es, attestant de la diversité des flux migratoires.

Les hommes migrants arrivés avant 2010 étaient plus nombreux que les femmes à disposer d’un niveau d’éducation tertiaire. Depuis 2011, la part des hommes et des femmes hautement qualifié·e·s est similaire ; elle est même légèrement supérieure chez les femmes.

Dans quels secteurs économiques trouve-t-on le plus de migrant·e·s ?

Définition

Population résidente permanente : population suisse et étrangère avec un permis de séjour d’une durée de plus de 12 mois. Depuis 2011, la population résidente permanente inclut également la population étrangère avec un permis F ou N présente depuis 12 mois ou plus en Suisse.

Source : Office fédéral de la statistique, relevé structurel 2010–2014

Note méthodologique : Le niveau de formation des migrant·e·s est estimé à partir des relevés structurels 2010 à 2014 mis ensemble. Les données sont pondérées pour être représentatives de la population étrangère résidant de manière permanente en Suisse. Les personnes arrivées en Suisse entre 20 et 65 ans sont prises en compte et classées selon l’année de leur arrivée. Il faut noter que les résultats sont une extrapolation reposant sur le niveau de formation des migrant·e·s qui résident toujours en Suisse au moment de l’enquête et ne tiennent pas compte de ceux et celles qui sont reparti·e·s.

Si vous souhaitez accéder aux fichiers de données complètes (excel), veuillez adresser vos demandes à info@nccr-onthemove.ch.