Migration-Mobility Survey

La situation personnelle des migrant·e·s et leurs trajectoires migratoires

Quelques premiers résultats descriptifs issus du Migration-Mobility Survey
Ilka Steiner, nccr – on the move/Université de Genève, et Aljoscha Landös, Université de Genève

Ce premier aperçu présente quelques résultats descriptifs préliminaires en fonction des onze groupes d’origine interrogés :

  • Allemagne
  • Autriche
  • France
  • Italie
  • Royaume-Uni
  • Espagne
  • Portugal
  • Amérique du Nord (Canada, USA)
  • Inde
  • Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sainte-Hélène, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Togo)
  • Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Équateur, Guyane, Paraguay, Pérou, Uruguay, Venezuela)

 

Résultats descriptifs préliminaires

La Suisse est la première expérience à l’étranger pour plus de la moitié des migrant·e·s

L’immigration en Suisse est principalement motivée par des raisons professionnelles

La migration : une nette amélioration de la situation professionnelle

Un niveau d’éducation élevé pour presque toutes les communautés

De fréquentes visites dans le pays d’origine pour les Européen·ne·s

Un attachement plus important envers le pays d’origine qu’envers la Suisse

Un·e immigrant·e sur trois a déjà vécu une situation de préjudice ou de discrimination en Suisse

Près de la moitié des migrant·e·s ont l’intention de devenir suisses